Le Virus de l’Immunodéficience Humaine

Le Virus de l’Immunodéficience Humaine, ou VIH, est un virus qui s’attaque aux défenses immunitaires de notre corps, c’est à dire à notre capacité à nous défendre naturellement contre les maladies. Une infection au VIH est soignable si elle est prise en charge suffisamment tôt. Au bout de plusieurs années sans traitement, on devient sensible à toutes les infections opportunistes et alors une simple bronchite peut entraîner de graves complications. A ce stade on parle de SIDA, ou syndrome d’immunodéficience acquise. Ainsi, bien que les deux soient souvent confondus, le SIDA correspond en réalité à la phase finale d’infection par le VIH.

Les phases d’infection par le VIH

L’infection par le VIH peut se décomposer en 4 stades : 

  • La phase de séropositivité asymptomatique : la personne est positive au VIH et est donc contagieuse, mais elle ne ressent aucun symptôme physique. Peu d’infections par le VIH sont diagnostiquées à ce stade. 
  • La primo-infection : des symptômes pseudo-grippaux (fièvre, douleurs, rougeurs, diarrhée, etc) peuvent se manifester durant le mois suivant l’infection
  • La phase chronique : pendant un temps assez long, pouvant aller jusqu’à plusieurs années, la personne porteuse du virus ne ressent aucun symptôme. Cependant, des signes généraux d’affaiblissement immunitaires finissent par se manifester tels qu’une fièvre modérée persistante, des sueurs nocturnes, une perte de poids ou encore une augmentation du volume des ganglions
  • Le SIDA, qui apparaît en moyenne une dizaine d’années après l’infection. A ce stade, des infections opportunistes sans gravité pour des personnes non malades deviennent extrêmement dangereuses pour une personne porteuse du VIH. A cela s’associent des cancers caractéristiques et une perte de poids importante

Comment attrape-t-on le SIDA ?

Quatre grands types de pratiques sont reconnues à risque concernant la transmission du VIH :

  • La pénétration anale, vaginale, et plus secondairement, buccale. Le risque commence dés le début de la pénétration. Le liquide pré-séminal est contaminant et le risque est donc présent bien avant l’éjaculation.
  • Une piqûre volontaire (consommateur de drogue) ou accidentelle (professionnels de santé) avec une seringue qui vient de servir à une injection ou à un prélèvement sanguin.
  • La transmission de la mère à l’enfant lors de l’accouchement
  • La transmission de la mère à l’enfant pendant l’allaitement (la muqueuse buccale du nourrisson est moins résistante que celle de l’adulte, et le temps passé à téter est important).

Ainsi, les baisers, les caresses, l’utilisation de sex-toys en solitaires, les contacts sexuels sans pénétrations ou encore les blessures ne risquent pas de transmettre le VIH.

Se protéger du VIH

Pour se protéger du VIH, comme de n’importe quelle IST, il est nécessaire de porter un préservatif masculin ou féminin lors des rapports sexuels avec pénétration.

Où se faire dépister ?

Meurthe-et-Moselle & Moselle

Plus d’informations

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de Sida Info Service, vous pouvez aussi appeler le 08 00 84 08 00.

Besoin d’un conseil

Un professionnel OHS Solutions est à votre écoute. Composer le 03 57 80 09 44.